16 Mar 2016

Comment réussir à perdre ce que l’on veut préserver – Les concessions dans le couple

0 Commentaire

L’un des endroits privilégiés où la stratégie du mental peut devenir visible est la relation du couple.

La stratégie du mental tente de nous persuader que si nous faisons des concessions, nous allons garder ce qui est important pour nous dans la relation. C’est-à-dire l’amour et l’attention de l’autre pour à notre égard.  Quand l’autre me voit et manifeste de l’intérêt à pour moi, je me sens  exister.

La question est : mais qui suis-je ?

Entre qui je suis réellement et l’image de moi-même que j’ai construite au fil du temps, il peut y avoir des différences sensibles (voir article précédent « Moi et Moi-même).

Le processus est assez simple bien que subtil.

A un moment ou l’autre dans la relation de couple, je vais me trouver confronté à une demande qui suscite chez moi un certain inconfort, un malaise ou une frustration pour y répondre.

Quand la relation est dans une phase « montante », quand les bénéfices de la relation sont plus importants que les difficultés que je rencontre, il est tentant et acceptable de taire cet inconfort pour continuer à bénéficier des aspects positifs de la relation.

Ce qui va différencier les concessions  normales, inévitables et acceptables des concessions pathogènes est le sentiment qui m’habite en les faisant.

Si je me sens « obligé » de répondre à la demande de l’autre, si j’ai le sentiment de ne pouvoir faire autrement, je vais me forcer pour répondre à cette demande et vais taire mon inconfort, mon malaise ou la frustration que j’éprouve.  Par exemple, si dans mon enfance, j’ai été victime de chantage affectif, j’ai développé une croyance qui dit que pour toute forme de bonheur, il y a « un prix à payer ». Que je « dois » faire des « sacrifices ».

Je vais donc faire le sacrifice de mon véritable besoin pour plaire à l’autre, donner une réponse à son besoin au mépris du mien.

C’est là que le ver entre dans le fruit.

Très discrètement au début, cet inconfort, ce léger malaise, cette petite frustration que j’ai refoulée, parce que je cache cette souffrance qui au début est minime, va secréter une mince couche transparente de séparation entre moi et l’autre.

Au fil du temps, à cause de l’accumulation de ces « sacrifices », cette couche va s’épaissir, devenir opalescente puis opaque… jusqu’à devenir enfin un véritable mur épais derrière lequel se trouve l’autre.  Petit à petit, je commence à devoir me protéger de l’autre car je suis plus en contact avec ma souffrance qu’avec lui.  Il devient une sorte d’abstraction, derrière ce mur,  je ne le vois plus !

Tous les bénéfices obtenus dans la relation, au nom desquels j’ai consenti à ces sacrifices, semblent avoir disparu.

En faisant ces « sacrifices », j’ai perdu ce que je voulais préserver !

Comment agir autrement, comment éviter ce piège ?

Il est nécessaire d’abord d’en devenir conscient, de reconnaître sa présence dans la relation, et d’en parler avec l’autre rapidement, tant que c’est encore possible.

Cette prise de conscience peut se faire avec l’aide de l’Ecoute Emotionnelle Active mais c’est avant tout un choix à faire.  Le choix de sortir du mensonge et de la dissimulation vis-à-vis de soi-même et de l’autre, en sachant que c’est le seul moyen de sortir de ce processus qui mène à la séparation et l’isolement.

Share
[haut]

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *