Le pouvoir perdu

Le pouvoir perdu


Enfants, confrontés à un degré ou l’autre, à l’incompréhension, à la non reconnaissance et parfois au rejet de l’Amour que nous sentions porter en nous mêmes ainsi que la dépendance matérielle et affective dans laquelle nous étions, à crée une sentiment de vulnérabilité qui nous a poussée à adopter des mécanismes de défense censés nous protéger de la peur et du doute quand à notre droit d’exister.

 

Les structures d’adaptation sont des stratégies de défense qui se créent à partir de cinq axes principaux :

Schizoïde = la fuite
Oral = la possession
Masochiste = la vengeance
Psychopathe = la manipulation
Rigide = le contrôle. (Voir Structures d’adaptation)

Chacun a construit sa personnalité dans un mélange de ces différentes structures.
Dans le jeu de la vie, les composants psychopathes et rigides vont “jouer plutôt gagnant”, tandis que les structures schizoïdes et masochistes vont plutôt “jouer perdant”. Mais “gagnant” ou “perdant”, nous restons dans des mécanismes de défense devenus inconscients et de ce fait automatiques et compulsifs.

Progressivement entre notre réalité objective, ce que nous sommes vraiment avec tous nos besoins, et notre réalité subjective, reliée aux mécanismes de défense et au personnage auquel on s’est identifié peu à peu, s’est creusé un fossé de plus en plus large.
Ce fossé entraîne un conflit entre nos besoins réprimés et ceux de la personnalité à laquelle on s’est identifiés et .se manifeste par des comportements compulsifs, souvent inadéquats, qui s’imposent à nous sans que nous sachions pourquoi. Cette situation où l’on sent que quelque chose en nous mêmes nous échappe génère des émotions envahissantes face auxquelles nous réagissons selon les structures: en les fuyant, en les refoulant, en les réprimant ou en se laissant emporter par elles, ancrant ainsi les mécanismes de défense encore plus profondément.
Ce qui nous fait peur, c’est ce que nous avons occulté en nous-même.

FacebookTwitterGoogle+EmailPartager